tridacna-5.jpg

Bénitier

Tridacna maxima
Habitat
Nutrition
Respiration
Reproduction
LC

Statut de conservation : 

Préoccupation mineure

CITES : Annexe II

Mollusques

L'embranchement des mollusques regroupe des animaux à corps mou, possédant une tête, une masse viscérale et un pied. Certains comme les bivalves (moules, huîtres...), les gastéropodes (escargots, bulots...) ou les céphalopodes (poulpes, calmars, seiches...) sécrètent une coquille calcaire. Ils sont surtout marins mais existent également en eau douce.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Nutrition : symbiotique

Se dit d'une relation étroite entre deux organismes qui tirent avantage tous les deux de cette association.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Se nourrit de phytoplancton en filtrant l'eau à travers ses branchies et des nutriments produits par les micro-algues symbiotiques présentes dans ses tissus.

Respiration branchiale

La respiration se fait à l'aide de branchies. Les échanges de gaz respiratoires se font directement entre l'eau et le sang. C'est une respiration aquatique.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Reproduction ovipare

Se dit d'une espèce dont la reproduction s'effectue par des œufs dont l'éclosion se déroule à l'extérieur des voies génitale de la femelle. C'est le cas, par exemples, des poissons osseux, mais aussi des crocodiliens ou encore des oiseaux.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Statut de conservation

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est un inventaire mondial de l’état de conservation des espèces végétales et animales. Cet inventaire définit notamment les catégories suivantes : 

uicn-legende.png

CITES est l’acronyme en anglais de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction.

Le bénitier commun est un mollusque bivalve qui vit fermement fixé au récif corallien au moyen d'une matière filamenteuse ultrarésistante appelée « byssus ». Pour se nourrir il filtre l'eau de manière permanente. De plus, il complète son alimentation à l'aide des sous-produits issus de la photosynthèse des algues (zooxanthelles) contenues dans ses tissus.

En aquarium, il peut se nourrir exclusivement grâce à sa symbiose avec les zooxanthelles, sans autre complément alimentaire.

Dans la nature, il se rencontre à faible profondeur, jusqu'à 10 m environ. Il s'incruste profondément dans la roche en la dissolvant grâce à des sucs très corrosifs. On peut le confondre avec Tridacna crocea : pour les différencier il faut observer les différences sur les coquilles.

Toutes les espèces de bénitiers sont comestibles et sont régulièrement consommées par les pêcheurs. Toutes sont plus ou moins menacées. Elles sont protégées par la convention dite de Washington (ou CITES : Convention sur le commerce international des espèces ) et classées sur l'annexe 2B pour leur commercialisation à des fins aquariophiles.

Leur reproduction est maîtrisée en captivité, mais pas la coloration de leur manteau.

Dans le monde: 
map_tridacna_maxima.png
Son cousin, le bénitier géant (Tridacna gigas), peut peser 250 kg et sa coquille mesurer jusqu'à 1,5 m. Comestible, cette espèce est maintenant protégée car en danger d'extinction.