Poisson-licorne

Poisson-licorne

Naso annulatus
Groupe
Nutrition
Respiration
Reproduction
LC

Statut de conservation : 

Préoccupation mineure

Poissons

La classe des poissons osseux à nageoires rayonnées (ou actinoptérygiens) est le groupe le plus diversifié des vertébrés et regroupe presque tous les poissons (sauf les dipneustes, les raies, les requins...). Ils possèdent des nageoires osseuses actionnées par des muscles, et vivent en eau de mer et en eau douce.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Nutrition : omnivore

Se dit d'un animal qui se nourrit d'aliments variés, d'origine animale ou végétale.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Respiration branchiale

La respiration se fait à l'aide de branchies. Les échanges de gaz respiratoires se font directement entre l'eau et le sang. C'est une respiration aquatique.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Reproduction ovipare

Se dit d'une espèce dont la reproduction s'effectue par des œufs dont l'éclosion se déroule à l'extérieur des voies génitale de la femelle. C'est le cas, par exemples, des poissons osseux, mais aussi des crocodiliens ou encore des oiseaux.

+ Toutes les espèces de cette catégorie

Statut de conservation

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est un inventaire mondial de l’état de conservation des espèces végétales et animales. Cet inventaire définit notamment les catégories suivantes : 

uicn-legende.png

CITES est l’acronyme en anglais de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction.

Taille maximum : 
100 cm

La famille des Acanthuridés est composée de trois sous-familles : les poissons-chirurgiens (Acanthurinae), les licornes (Nasinae) et les queues-scies (Prionurinae). Cette famille, compte environ 80 espèces dont la caractéristique principale réside en la présence de une ou plusieurs épines coupantes, parfois appelées « scalpels ou lancettes », localisées de part et d’autre du pédoncule caudale. L’épine des poissons-chirurgiens est rétractable dans un sillon. Elles sont fixes chez les nasons ou les queues-Scies.

Ces épines sont des formations osseuses, au même titre que les écailles, mais ayant une spécialisation spécifique. Ces épines constituent un danger lors de la manipulation des animaux avec le risque d’occasionner des coupures.

Dans la nature, les stylets sont utilisés pour menacer leurs congénères ou d’autres espèces qui se rapprocheraient un peu trop. Quand la menace ne suffit plus l’attaque avec le scalpel est effective. En aquarium où l’espace peut-être insuffisant, les coups portés peuvent entraîner des blessures fatales. Souvent l’épine est clairement identifiable par une pigmentation de celle-ci ou de son fourreau différente du reste du corps. Cette couleur pourrait avoir valeur d’avertissement.

La distribution géographique des Acanthuridés est vaste, on les retrouve dans toutes les eaux marines tropicales, principalement au niveau des récifs coralliens, dans lesquels ils jouent un rôle important.

De manière plus spécifique, le régime alimentaire des poissons-chirurgiens (Acanthurinae) est principalement composé d’algues. De fait, ils participent activement à limiter la prolifération des algues qui pourraient avoir un impact négatif sur le développement du récif. Une couverture trop importante par des algues macroscopiques ou microscopiques empêchant la lumière d’atteindre les zooxanthelles symbiotiques hébergées par les coraux durs.

Herbivores, ils se « protègent » des prédateurs en constituants des groupes pouvant être importants. il n’est pas rare de voir plusieurs espèces regroupées dans des mêmes zones, sans qu’il n’y ait réellement de compétition alimentaire, chaque espèce étant spécialisée sur un type d’algue. Certains Acanthuridés s’alimentent de zooplanctons associés aux récifs qu’ils broutent.

Morphologiquement, les nasons ou poissons-licornes se caractérisent, comme leur nom l’indique, par une excroissance osseuse située en avant du crâne. Parallèlement au développement de cette « corne », certains présentent également de longs filaments dans la partie supérieure et inférieure de la nageoire caudale comme le licorne à épine orange (Naso lituratus) ou à gros nez (Naso vlamingii).

Contrairement aux poissons-chirurgiens, les poissons-licornes associent dans leur régime alimentaire algues et zooplancton.

Au passage si vous avez de la chance, vous pourrez assister au « nettoyage » du poisson-licorne par un petit labre (Labroides dimidiatus). Durant cette phase la pigmentation du poisson-licorne peut changer. Les parasites et autres particules sont alors plus visibles aux yeux du poisson nettoyeur.

Dans le monde
map_naso_annulatus.png
Indo-Pacifique.

L'histoire du poisson-licorne de l’Aquarium :

Ce spécimen illustre les travaux réalisés autour des années 2000 par les équipes de l’École Pratique des Hautes Études, les équipes du Centre de recherche insulaire et observatoire de l’environnement (Criobe) et le service de la Pêche en Polynésie française pour accroître la connaissance sur les phases de colonisation des récifs coralliens par les larves de poissons. En effet après éclosion, les larves des poissons récifaux vont passer les premières périodes de leur développement dans le milieu océanique (vie pélagique), participant ainsi à la dispersion géographique des espèces. Selon des cycles rythmés par l’alternance jour/nuit,  la lune et les saisons, les larves métamorphosées (post-larves) vont coloniser les récifs en pénétrant dans les lagons. Pour étudier ces flux migratoires, les chercheurs ont mis en place des pièges ou filets de crêtes dans les passes, capturant ainsi une faune présentant une biodiversité variable en fonction des cycles évoqués ci-dessus. Notre naso est issu de l’une de ces expérimentations en Polynésie française et est arrivée sous forme de post larve en 2000. Parallèlement ces études ont pu mettre en avant le fait que 1 à 10 post-larves colonisant le lagon ont une chance de survivre jusqu’à l’âge adulte. L’idée, un temps scientifiquement validée, fut que la collecte des post-larves durant la phase de colonisation benthique par des filets de crêtes, puis la mise en aquarium pour les protéger de la prédation pouvaient constituer un moyen de maintien des stocks dans les lagons et, par un prélèvement raisonné, alimenter une filière commerciale pour l’aquariophilie. Aujourd’hui toutes les conditions ne sont pas remplies pour assurer un développement durable de cette filière.