Conférences et débats

Dialogues illustrés

Migrations marines, courants et dérives
Dimanche 16 octobre 2022 de 15h à 16h et de 17h à 18h

Deux spécialistes dialoguent et échangent avec le public à partir de compositions graphiques et de vidéos inédites. L’occasion de découvrir quelques grands courants et vents marins du globe et leur rôle dans d’incroyables périples océaniques. En partenariat avec l’Institut de l’Océan de l'Alliance Sorbonne Université.

Image
Illustration de la migration des anguilles dans l'océan Atlantique
Illustration de la migration des anguilles dans l'océan Atlantique
© Wladimir Peltzer

15h-16h : Le mystère de la migration marine des anguilles européennes et des grands courants de l'Atlantique Nord

Depuis l’antiquité les savants s'interrogent sur le cycle de vie et l’emplacement de ponte de ces animaux vieux de plusieurs dizaines millions d’années. Le mystère demeure puisqu’aucun adulte reproducteur ni aucun œuf n’a jamais été observé. Eric Feunteun propose une nouvelle approche qui s’appuie sur les caractéristiques de la grande dorsale médio-atlantique. Il débat de sa théorie avec Alban Lazar, ainsi que du rôle essentiel des courants marins et du fameux Gulf Stream dans la migration des anguilles

Avec :

  • Alban Lazar, enseignant à Sorbonne Université et chercheur au LOCEAN (Laboratoire d'Océanographie et du Climat : Expérimentations et Approches Numériques) 
  • Eric Feunteun, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle et chercheur du laboratoire BOREA (Biologie des Organismes et Ecosystèmes Aquatiques) à la station marine de Dinard au CRESCO (Centre de recherche et d'enseignement sur les systèmes côtiers)
Image
Chuuk Lagoon, Micronésie - Marek Okon
Chuuk Lagoon, Micronésie
© Marek Okon

17h-18h : L'archéologie du peuplement des iles océaniennes à l'aide des vents, des courants et des thons

Comment les premiers marins sont-ils parvenus à découvrir et peupler les centaines d'îles clairsemées de l'immense océan Pacifique ? Pour Anne Di Piazza, les migrations des thons et l’inversion des vents alizés lors des événements climatiques El Niño pourraient constituer une partie de la réponse. Une hypothèse confortée par Alban Lazar et les dernières connaissances océanographiques et archéologiques.

Avec :

  • Alban Lazar, enseignant à Sorbonne Université et chercheur au LOCEAN (Laboratoire d'Océanographie et du Climat : Expérimentations et Approches Numériques) 
  • Anne Di Piazza, chargée de recherche au CNRS, rattachée au laboratoire du CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l'Océanie, Marseille).

Partenaires