Plaines inondables

Image
Prairie innondee Thailande habitat de Betta Trichopsis Boraras
Prairie innondée Thaïlande habitat de Betta Trichopsis Boraras
© Frederic Fasquel

Qu'est-ce qu'un marécage ?

Un marécage est un terrain recouvert régulièrement par de l’eau. Les alternances entre périodes sèches et périodes humides induisent une grande variation de l’humidité. De même la température change considérablement selon la saison et les apports d’eau. Lorsqu’elle est présente, l’eau y circule peu, voire pas du tout. Le manque de mouvement de l’eau entraine sa faible oxygénation, ainsi que le dépôt de particules en suspension apportées par les crues ou les inondations. Le fond des marécages est donc très vaseux et les eaux très turbides.

Image
photo d'un nid de bulle
Nid de bulles de Betta imbellis dans une prairie inondée
© Frédéric Fasquel

La végétation y est souvent abondante, parfois constituée de petits arbres. Elle s’y développe puis se décompose sur place. Parfois, cette matière organique en décomposition peut s’accumuler, mal dégradée par l’absence d’oxygène ou les basses températures. Ce phénomène peut entrainer la formation de tourbières, voire de couches de charbon des millions d’années plus tard. Les racines qui restent souvent sous l’eau émergent à certains endroits pour aller échanger des gaz avec l’atmosphère.

Les plus grands marécages tropicaux sont observés en Indonésie, dans le bassin du Congo, celui de l’Amazone, dans la région du Pantanl au Brésil et dans les bayous de Louisiane

Quelles espèces peut-on y trouver ?

Les conditions de vie dans les marécages sont donc très difficiles. Pourtant, les animaux qui y vivent sont adaptés à ces milieux troubles, mal oxygénés, soumis à des assèchements réguliers et de forts changements de température.

Image
Trichopsis pumila male de Thailande
Trichopsis pumila male de Thailande
© Frederic Fasquel
Image
Trichopsis vitata sauvage de Sakon Nakon
Trichopsis vitata sauvage de Sakon Nakon
© Frederic Fasquel
Image
osphronemus_laticlavius.jpg
Osphronemus laticlavius
© Déodat Manchon

Par exemple, les gouramis ont développé la capacité de respirer le dioxygène de l’air, à l’aide d’un labyrinthe situé dans leur tête. Cela leur permet de résister aux assèchements. Le poisson tête de serpent est capable de ramper hors de l’eau et traverser des prairies sèches pour retrouver un trou d’eau plus loin. Les piranhas sont plutôt mauvais nageurs et chassent à l’affut dans les eaux troubles. Le killi des mangroves, qui vit aussi bien dans les mangroves que dans les marécages supporte l’assèchement, des températures de 7 à 38° et une salinité très variée.

Écosystèmes

Les principaux milieux aquatiques tropicaux présentés à l’Aquarium